Pourquoi prendre des mesures en vol ?

Si l’exposition à la composante galactique du rayonnement cosmique a bord des avions est bien connue et peut être modélisée, ce n’est pas le cas pour celle liée aux éruptions solaires avec des protons suffisamment énergétiques pour franchir la magnétosphère. Les scientifiques qui étudient ces éruptions disposent de peu de données observationnelles, du fait des difficultés opérationnelles pour mettre en place des réseaux de mesure aux altitudes de vol. Ces données sont nécessaires pour valider et améliorer les outils et les modèles utilisés pour le calcul des doses reçues (cf. le modèle SiGLE développé par l’Observatoire de Paris et utilisé dans l’outil SIEVERTPN de calcul de dose à bord d’avions, www.sievert-system.org).

Etant donné que les éruptions solaires ayant un effet aux niveaux de vol des avions sont rares, ne durent au maximum que quelques heures et sont difficilement prévisibles, il est nécessaire d’avoir de manière permanente la couverture la plus large possible en terme de moyens de mesure.

Le projet Cosmic On Air (cosmic-on-air.org) vise à stimuler la mesure par le grand public du rayonnement cosmique à bord d’avion à l’aide des outils déjà disponibles dans OpenRadiation. Ce projets de mesures citoyennes permet d’étendre les mesures de radiations cosmiques à des latitudes ou des périodes différentes et ainsi d’augmenter les chances de détection des différents phénomènes cosmiques et atmosphériques (éruptions solaires significatives, flash gamma dans les orages, quantifier l’atténuation de la dose due aux décroissances Forbush) ou encore d’identifier d’autres phénomènes encore inconnus. Les données ouvertes ainsi collectées pourront être plus largement exploitées par la communauté scientifique afin de mieux comprendre ces phénomènes et leurs impacts.

L’analyse des données collectées permettra également d’améliorer la connaissance des performances des détecteurs, d’affiner leur étalonnage et, au final, fournir une meilleure estimation de la dose.